Mois: mars 2018

violeta parra, quedarse con la gente, hacer, decir, cantar con emoción

‘Gracias a la vida’

A continuación, la letra de ‘Gracias a la vida’, interpretada como la despedida de Violeta Parra antes de suicidarse:

Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me dio dos luceros, que cuando los abro
Perfecto distingo lo negro del blanco
Y en el alto cielo su fondo estrellado
Y en las multitudes el hombre que yo amo

Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me ha dado el oído que en todo su ancho
Graba noche y día, grillos y canarios
Martillos, turbinas, ladridos, chubascos
Y la voz tan tierna de mi bien amado

Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me ha dado el sonido y el abecedario
Con él las palabras que pienso y declaro
Madre, amigo, hermano, y luz alumbrando
La ruta del alma del que estoy amando

Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me ha dado la marcha de mis pies cansados
Con ellos anduve ciudades y charcos
Playas y desiertos, montañas y llanos
Y la casa tuya, tu calle y tu patio

Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me dio el corazón que agita su marco
Cuando miro el fruto del cerebro humano
Cuando miro al bueno tan lejos del malo
Cuando miro al fondo de tus ojos claros

Gracias a la vida que me ha dado tanto
Me ha dado la risa y me ha dado el llanto
Así yo distingo dicha de quebranto
Los dos materiales que forman mi canto
Y el canto de ustedes que es mi mismo canto
Y el canto de todos que es mi propio canto
Gracias a la vida que me ha dado tanto

al principio, en francés ….

  • la película : Violeta se fue a los cielos – Amores : AQUI en español !!
  • « Viola Chilensis » Documental Biografia de Violeta Parra (completo)

  • Violeta Parra Louvre. Paris, 1964 AQUI 

  • fundación Violeta Parra (increíble) : AQUI con toda su obra visual, canciones,poemas, fotos ….

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

 

 

XIXe, art de vivre ….

  • Style Empire :  le très bel hôtel de Beauharnais à Paris, des cygnes dorés s’invitent sur les pilastres qui courent autour de la pièce. Sur la corniche qu’ils supportent, ce sont des aigles, tout aussi resplendissant d’or, qui déploient leurs ailes. Lorsqu’il fut créé, au tout début du XIXe siècle, ce décor n’était en rien anodin

  • la banque de France et ses collections du XVIIIe et XIXe

Au XIXe, femmes-vitrines…

Au milieu du XIXe siècle, la bourgeoisie contribue largement à faire triompher l’individu, la famille et la vie privée. Le discours public, tant juridique que politique, social, esthétique et scientifique, s’attache à délimiter les rôles et les espaces masculin et féminin : à l’homme la direction des affaires et la scène publique, à la femme l’intendance du foyer et la sphère privée, où son temps n’ai pas encore « entièrement » dédié à l’éducation de ses enfants. Elle joue également un rôle très important dans l’organisation du réseau « d’alliance » qui permettra de faire fructifier les affaires familiales. Prisonnière d’une extrême codification de sa vie quotidienne, la femme bourgeoise est constamment en représentation, ce que nous livre le regard des peintres.

Ouvrages de référence possibles il :

– Le miasme et la jonquille – l’odorat et l’imaginaire social du XVIIIe – XIXe siècles allait Corbin , 1986, Flammarion

Architectures de la vie privée , XVIIe-XIXe siècles, de Monic Eleb avec Anne Debarre, 1989, Hazan

César Birotteau de Balzac

 

 

 

 

 

 

 

 

Juliette Récamier incarne à merveille le type de la «merveilleuse», ces femmes intellectuelles qui se rendirent célèbres grâce à leur style vestimentaire et leur proximité avec les artistes de leur temps.

Elle fut la principale ambassadrice du style néoclassique ;  Les robes blanches légères et le fameux châle de cachemire si précieux sont des éléments qu’on retrouve dans le portrait de Baron Gérard (vers 1800).- catalogue d’expo lui étant consacrée ICI

C’est aussi une femme d’influence qui organisa les plus grands « salons » de penseurs, artistes, …-  comme le fût la Pompadour- de ce début de siècle.

Autres portraitiste de la bourgeoisie triomphante , Ingres :

  • avec Philibert Rivière, 1805, (Paris, musée du Louvre) et Madame Rivière 1805 Paris, musée du Louvre

A demie couchée sur une méridienne, la posture sensuelle de Madame Rivière évoque celle de l’Odalisque peinte plus tardivement. Madame Rivière incarne ainsi le désir de légèreté et de luxe de la société du 1er Empire

 

  • avec  Madame Marcotte 1826 Paris, musée du Louvre

   

En robe d’intérieur sombre très enveloppante, Mme Marcotte incarne ce retour de la femme au foyer, cultivée et réservée. Le livre entrouvert et le lorgnon témoignent de la passion des bourgeoises de l’époque pour la lecture. Les émigrés de retour en France lancent la mode de l’anglomanie teintée d’historicisme. Les romans historiques britanniques (Ivanhoé, Walter Scott) accompagnent le goût nostalgique pour l’histoire, du Moyen Age au XVIIe siècle. Les manches gigot de Madame Marcotte sont une réminiscence déformée des robes de la Renaissance. Elles accentuent l’effet d’épaules tombantes, critère essentiel de beauté dans les années 1820. La taille redescend, marquée par une ceinture à boucle rectangulaire. Les boutons sont de retour ainsi que les corsets. Les couleurs s’assombrissent, le col d’organdi plissé rappelle les larges collerettes de dentelles empesées « à la Louis XIII ».

 

  • Louise Albertine d’Haussonville, 1845 (New York, Frick Collection).

Ingres saisi le personnage dans son intimité. Les somptueux vases de Sèvres, le velours de la cheminée, les lunettes de théâtre, les porcelaines, les passementeries, jusqu’au reflet de la jeune femme dans le miroir.

 

  • Madame Moitessier 1856 Londres, The National Gallery

Dès la seconde moitié du règne de Louis-Philippe, l’influence du XVIIIe siècle donne naissance en art décoratif au style Pompadour. C’est le retour aux  étoffes semées de bouquets, aux dentelles, aux manchettes et la crinoline, interprétation des paniers du XVIIIe siècle.

La Princesse de Broglie 1853 New York, The Metropolitan Museum of Art (coll. Lehman)

 

Le luxe des robes et des parures, la coiffure en bandeaux, le port de tête et la corpulence font de ces femmes de la haute bourgeoisie du Second Empire, les emblèmes de la « Fête impériale ». La femme est imposante dans des toilettes qui ne le sont pas moins comme pour affirmer l’opulence et le dynamisme de cette époque.

 

 

Autres portraitiste « classique » : Auguste Toulmouche est un peintre de la seconde moitié du XIXème siècle aujourd’hui totalement oublié. Il est retenu par l’histoire de l’art comme le peintre de la Parisienne : Émile Zola parle des « délicieuses poupées de Toulmouche ». ( Dolce farniente et La fiancée hésitante, vers 1850)

 

 

 

 

 

-La manière dont Degas saisit quelques moments de vie de ces  femmes est empruntée à la photographie. Fasciné par ce nouveau mode de représentation du réel, le peintre cherche à échapper dans chacun de ces portraits à la disposition traditionnelle de la figure sur le fond par la multiplication des points de vue – en exploitant par exemple le reflet d’un miroir-, ou encore par le recours à des angles inattendus – comme dans la Femme à la potiche où la figure est entamée par le décor.

  • La Femme à la potiche, (1872, 54X65 cm, Musée d’Orsay)

   

  • Mademoiselle Dihau au piano (1869,  Hauteur 45 – Largeur 32,5, musée d’Orsay)

 

 

sorties à partir du 3 mars

  • semaine de l’égalité égalité Femmes/Hommes.( dommage que ce ne soit qu’une semaine :-////), tout un programme à Toulouse (programme complet ICI), dont > Salon Talents de femmes organisé par les Soroptimist Toulouse Fil d’Ariane
    Samedi 10 et dimanche 11 mars de 11h à 18h – Parc des expositions

et Inauguration du parvis des femmes de la Résistance, jeudi 8 mars à 15h, du « Parvis des femmes de la Résistance » au  Monument de la Résistance et de la Déportation – allées F; Mistral et S. Ravanel.

et aussi des spectacles, rencontres, débats…

> L’amour en toutes lettres, questions à l’abbé Viollet sur la sexualité (1924-1943) – adapation théâtrale d’après l’ouvrage de l’historienne Martine Sévegrand par le Théâtre de l’Échappée Belle – à partir de 16 ans
Mardi 6 mars à 19h30 – MJC Roguet-Saint-Cyprien – 9, rue de Gascogne
Entrée libre dans la limite des places disponibles. Information 05 61 77 26 00

> Parcours de femme par Noa Drezner (guitare flamenca) – Témoignage et concert – tout public
Mercredi 7 mars à 20h30 – Espace Saint-Cyprien Chapeau Rouge – 56, alées Charles de Fitte
Entrée libre dans la limite des places disponibles. Information et réservation conseillée 05 61 22 27 77

> Décontes du quotidien et autres chroniques féminines – Compagnie Les Boudeuses – tout public
Jeudi 8 mars à 13h, 15h et 17h – Place Émile-Male – métro ligne A ou Tram T1 et T2 – station Arènes
Gratuit sur réservation dans la limite des places disponibles uniquement au 05 36 25 25 73

> ConSidérationS – Compagnie Madame Riton – à partir de 13 ans
Jeudi 8 mars à 19h30 – Place Arnaud Bernard
Le spectacle se prolonge à 20h45 par une rencontre débat sur les rapports entre les femmes et les hommes dans l’espace public – salle Jean Rancy – 10, rue Jean-Rancy

Gratuit. Information au 05 81 91 79 60

> Le mariage forcé de Molière -Compagnie Le Fil qui Chante – tout public
Jeudi 8 mars à 20h30 – Centre culturel Henri Desbals – 128, rue Henri-Desbals – métro A – station Bagatelle
Gratuit sur réservation dans la limite des places disponibles uniquement au 05 36 25 25 73

> Hip Hop au féminin -Compagnie L’Danse – à partir de 6 ans
Vendredi 9 mars à 10h15 et 11h15 – Esplanade Bernard Aymable Dupuy (entre le Centre culturel Henri Desblas et le marché alimentaire et forain de la Faourette  – métro A – station Bagatelle
Gratuit. Information au 05 36 25 25 73

  • Komplex Kapharnaüm avec L’usine – Tournefeuille- samedi 10/03 à St cyprien
  • vernissage G Peignard à Fondation Ecureuil (mardi 6 à 18h30)
  • performance Smith en live au quai des savoirs  (mardi 6/03 à 20h-22H)
  • festival Wikipolis à Colomiers