Mois: mars 2019

JoB…

LOGO COLLECTIF JOB

+ d’infos
collectif-job.com

LA GENÈSE DE JOB

En 1838, Jean Bardou, un boulanger de Perpignan, a l’idée de créer des feuilles prédécoupées pour rouler des cigarettes. 11 ans plus tard, il dépose son brevet d’invention « le papier Job » (contraction de ses initiales J.B, intercalées par un blason représentant sa ville natale puis un losange, se lisant « O » au fil du temps) et s’associe avec Jacques-Zacharie Pauilhac, un représentant de commerce toulousain, afin de créer sa société. À partir du début des années 1870, l’activité se diversifie avec la production de papier couché sur le site de la Moulasse, près de Saint-Girons, en Ariège. À la Belle Époque 1900, l’entreprise s’implante à Toulouse au cœur du moulon (pâté de maison) Roquelaine-Concorde.
JOB est rachète par OCB propriété de Vincent Bolloré en 1986. En 1993, Bolloré cède 50 % de la société au hollandais KNP. La nouvelle société Job-Parilux est créée. En janvier 1996, JOB Toulouse est revendue pour 10 millions de francs au papetier allemand Scheufelen. En 2001, JOB Toulouse est mise en liquidation judiciaire. En 2005, la société Bolloré Technologie basée à Perpignan est rachetée au groupe Bolloré par un client américain Don Levin, il transfère les droits de la marque aux USA.

15 avril 2001, liquidation de l’entreprise Job. L’ensemble du site passe aux mains des promoteurs immobiliers.
Les ex salariés et leur syndicat CGT ont constitué l’association « Après JOB » (association pour le retour à l’emploi des salariés Job)
L’association Après Job décide de se battre pour empêcher la destruction du bâtiment « Amiral ». Il est le témoignage emblématique de l’histoire ouvrière, sociale et architecturale de toute une ville. Ils s’associent avec les associations du quartier pour qu’ensemble ils soient mieux entendus.
25 janvier 2004, manifestation festive sur le site de l’ancienne usine : inauguration fictive mais symbolique de la place Job, organisation d’un marché de plein vent. Plus de 1000 personnes furent présentes ainsi que de nombreux élus municipaux, départementaux et régionaux. C’est le véritable acte de naissance de l’ensemble JOB, le bâtiment et sa place.
19 février 2004, remise à Mr François Chollet, maire de quartier, d’un document présentant le projet « Espace Job » élaboré par les associations incluant un équipement sportif, un centre des musiques actuelles porté par l’association Music’Halle, des espaces de vie pour le quartier, salle de spectacle; projet correspondant trait pour trait aux réalisations actuelles, à l’exception de la piscine.

 

 

LE CONTEXTE

Situé dans le quartier des Sept-Deniers, l’ancienne fabrique de papier à cigarette JOB (wikipedia.org/wiki/JOB) et de « papier couché-glacé » de haute qualité distribué dans de nombreux pays, l’Usine JOB a fermée en 1988 . Elle a rouvert ses portes pour une deuxième vie en octobre 2011. Construit dans les années 30 par l’architecte Pierre Thuriès, « le vaisseau amiral Job » a été classé au patrimoine industriel du XXe siècle. Il constitue un véritable emblème de l’histoire industrielle, ouvrière et sociale (jobcgtpapier.free.fr/index.php).

Composé de diverses associations culturelles, artistiques et de quartier, le Collectif Job (collectif-job.com) s’est mobilisé durant de nombreuses années pour transformer ce « Paquebot » en équipement d’activités sociales, sportives, socioculturelles et culturelles, accessible à toute la ville. Racheté par la ville en 2005, il a été réhabilité entre 2009 et 2011 par le cabinet d’architectes Puig/Pujol (Grand prix d’architecture de Midi Pyrénées en 2011). L’espace Job est un équipement municipal, géré par la Direction de l’Animation Socioculturelle et par la Direction des Sports pour la piscine Jean Boiteux. Il comprend une salle de spectacle de 135 places assises, des salles d’activités diverses, des salles de musique, un studio d’enregistrement, un patio extérieur la piscine municipale Jean-Boiteux. Trois associations du Collectif Job y sont actuellement résidentes pour proposer leurs activités : la MJC des Ponts Jumeaux, l’association 7 Animés et Music Halle, école des musiques vivaces.

Au sein d’un Conseil de Maison, la ville de Toulouse et le Collectif Job sont réunis paritairement pour la co-construction d’un projet culturel axé sur des valeurs d’éducation populaire et de citoyenneté, la rencontre entre des pratiques amateurs et professionnelles. Enseignement et éducation artistiques, aide à la création, diffusion de spectacles, événements festifs, pluridisciplinaires, temps d’échanges et de débats sont notamment développés à l’Espace Job .


LE COLLECTIF

Les asso­cia­tions à l’ori­gine de la renais­sance du Bâtiment se sont réu­nies en col­lec­tif dans un double but :
mettre en œuvre un projet d’ani­ma­tion cultu­relle et de créa­tion artis­ti­que par­tant des ini­tia­ti­ves loca­les, favo­ri­sant l’expres­sion et l’impli­ca­tion citoyenne à partir du ter­ri­toire des 7 deniers et ouvert sur la ville de Toulouse sa communauté urbaine la région, le monde…expé­ri­men­ter une méthode inno­vante de gou­ver­nance col­lé­giale en lien avec les valeurs de démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive et d’éducation popu­laire.

Le col­lec­tif est actuel­le­ment formé :
– par les 3 asso­cia­tions rési­den­tes : MJC des ami­don­niers, Association 7 animés, Association Music’Halle l’ école des musi­ques viva­ces
– par des asso­cia­tions qui sont aujourd’hui partie pre­nante de la démar­che col­lec­tive enga­gée depuis plus de 10ans : Amis de l’impri­me­rie et de JOB(anciens sala­riés JOB), comité de quar­tier des 7 Deniers, Association de Sauvegarde Brienne Bazacle Amidonniers,parents d’élèves de l’école pri­maire des 7 deniers, parents d’élèves du col­lège, Alliances et Cultures, , Les pro­duc­tions du ven­dredi, Compagnie « la Baraque », Mouvement des chré­tiens retrai­tés.Il est amené à évoluer sui­vant les deman­des d’asso­cia­tions par­ta­geant les valeurs et les objec­tifs du col­lec­tif.

Le site du collectif JOB → collectif-job.com

Émission La ville devant soi – « Job, embarquement immédiat ! «

conférences, expos et vernissages du printemps ….

  • à partir du 17 mars : « Perplexe » d’Anais Barrachina, La Muse en Goguette, 68 chemin Boudou, 31140 Launaguet,
    (Peinture – Monotype – Aquarelle)
    Une sélection de mes derniers travaux autour de portraits de femmes, de leur place dans la société, de leur visibilité. Je vous invite à venir rencontrer ces « perplexes » qui se questionnent sur le pourquoi des choses.www.anaisbarrachina.com / www.anabarrachina.blogspot.fr

 

  • mardi 19 à 18h30 : Conférence au CHAA (Centre des Cultures de l’Habiter [CCHa]
    5 rue Saint-Pantaléon, Toulouse) de Pascal Gontier, architecte, enseignant-chercheur, Auteur de « Home », publié en 2018 aux éditions Muséo

    Pascal Gontier milite depuis plusieurs années pour un mode de conception architecturale de l’habitat ouvert et sur mesure.

    Cette méthode a vocation à permettre une implication des habitants dans la conception de leur cadre de vie, et jusqu’à l’expression même de leur identité particulière en façade conjointement avec l’ensemble des autres habitants d’un même immeuble.

  • à partir du 20 mars : Body Double // Répliqûre – Installation vidéo, de Brice Dellsperger et Michel Aubry

    La série des Body Double de Brice Dellsperger a pour motif obsessionnel le corps idéalisé au cinéma. Chaque Body Double rejoue une scène d’un film en introduisant un trouble dans le genre : tous les personnages sont interprétés par un seul acteur, le plus souvent travesti en femme. Par le prisme du cinéma, de la sculpture, du costume, Michel Aubry met en jeu des oeuvres emblématiques de la modernité et s’intéresse à la frontière entre original et copie. Revisitant des films français des années 30 et 40, il produit des Répliqûres, vidéos où chacun des rôles est joué aussi fidèlement que possible par deux interprètes.*Entrée libre* dans les galeries souterraines du théâtre (EXCEPTIONNEL)

    Vernissage le 20 mars à 18h30 au théâtre, en présence de Brice Dellsperger

    Lieux et horaires : Printemps de septembre (2 Quai de la Daurade) du mercredi au samedi de 12h00 à 18h00.

    Théâtre Garonne, tous les soirs de spectacle, à partir de 18h00 et les samedis à partir de 12h00.

 

 

  • Jeudi 21 mars 2019 à 18:30, Vernissage Triennale Estampadura 2019, à espace Saint Cyprien
    56, allées Charles-de-Fitte, 31300 Toulouse, Dans le cadre de la triennale de gravure contemporaine d’Estampadura : les artistes allemands (gravures), Olivier Subra (dessins et gravures)

  •  Vernissage double  le jeudi 21 mars 2019 de 18h00 à 20h30
    Anne Delrez «Recueils» et jacques Barbier «No comment»

    Anne Delrez a introduit très tôt dans sa pratique artistique une réflexion sur l’image pauvre et sans intention plastique. Ses collectes l’ont orientée vers les images venant de l’album de famille, du portefeuille, de la boîte à chaussure retrouvée dans un grenier. Elle cherche depuis une alternative pour ces images vouées à l’oubli, dont plus personne ne veut mais qui portent en elles un peu de notre histoire collective. Elle leur redonne vie et en souligne leur esthétique particulière. JM L
    Exposition présentée du 21 mars au 12 mai 2019
    en partenariat avec La Conserverie, un lieu d’archives, Conservatoire National de L’Album de Famille

    Jacques Barbier travaille avec les photographies perdues, oubliées, ratées, maculées, mutilées, mises au rebut. Il fréquente les bacs des brocanteurs, les poubelles, pour traquer et dénicher des images qui l’étonnent, l’émeuvent, l’interrogent. Il est tel un orpailleur à la recherche de pépites perdues dans les alluvions du temps. Chacune des images qu’il nous montre, a été choisie parmi des milliers d’autres. De l’accident et de l’involontaire, son œil avisé s’oppose à la perte et sait ramener des images à leur singularité, pour les ressusciter et mieux les unir… JML
    exposition présentée du 21 mars au 12 mai 2019

 

Lorsque Smoll est accueilli chez un adhérent c’est toujours l’occasion d’une présentation originale. L’hôte est un acteur essentiel de cette expérience. Il accueille, il rassemble, il propose la connivence, il capte l’attention, il participe avec Smoll à l’élaboration et l’orchestration de ce moment privilégié et inédit de création.
En pénétrant la sphère privée avec des dispositifs de participation et de médiation réinventés, souvent décalés, orchestrés par l’hôte et Smoll, la création contemporaine se manifeste, et se « consomme » autrement, à la recherche d’une dimension empathique aussi « extraordinaire » que familière partagée avec les invités, les artistes et le public.
Pour ce premier événement du printemps, c’est Christine Rousseau, fidèle adhérente depuis 2015, qui reçoit l’éditeur à Toulouse. Un samedi pour découvrir ou redécouvrir les artistes, les œuvres, les multiples, les objets et les projets qui font avancer Smoll. Un samedi unique à partager joyeusement, ponctué de micro événements tels que le défilé des éditions, les commentaires dérangés ou encore l’apéro bavard….

Avec Cécile de Cassagnac, Éric Choisy, Jacques Tison, Hélène Olive, Gérard Fabre, Patrick Meunier, Erin Mcgirr, Pascale Lefebvre, Jim Fauvet, les micro éditions, la Fabrik…

 

  • Samedi 23 mars 2019 de 11:00 à 17:00 Vernissage « Greenwashing » / Performance culinaire à a cuisine

    Esplanade du château, 82800 Nègrepelisse,Programme détaillé du samedi 23 mars :

    11h : Conférence de Xavier Antin

    12h : Vernissage / Performance culinaire des élèves de l’ ISCID – Institut Supérieur Couleur, Image, Design, encadrés par Lei Saito.

    Événements en partenariat avec le Syndicat de Défense de l’ Vin AOC Coteaux du Quercy.

    //// Gratuit / Tout public

    Dans la série des Passagères et dans le cadre Biennale Passage(s) Design, Arts & Transmission , organisée par l’Iscid de Montauban, sur le thème du « vert ».

    Samedi 23 mars, La cuisine propose de vous faire découvrir deux projets artistiques, mis en place dans le cadre de la biennale Passage(s), design, arts & transmission, organisée par l’Iscid de Montauban, sur le thème du « vert » :

    >> Une exposition intitulée « Greenwashing » réalisée par Xavier Antin et les élèves de l’Iscid de Montauban (présentée du 23 mars au 13 avril 2019).
    « Greenwashing », le terme qui titre l’exposition renvoie à la méthode de marketing qui consiste à communiquer en utilisant un argument écologique afin de « blanchir » ou de « verdir » l’image d’une entreprise. Il est ici revisité par Xavier Antin qui encadre, dans les murs du centre d’art, un workshop avec un groupe d’étudiants de l’Iscid de Montauban. Ce projet les invite à réinvestir pendant toute une semaine une technique ancienne et très codifiée, lié à la reliure : le papier marbré. Les motifs marbrés, imitant la pierre, sont obtenus par la flottation de couleurs à la surface de l’eau ou d’une solution visqueuse. Xavier Antin réalise avec les étudiants un certain nombre d’outils permettant de réactualiser le potentiel d’image créé par la technique de la marbrure.

    >> Une performance culinaire des éléves de l’Iscid de Montauban encadrés par Lei Saïto
    Ensemble ils proposent une performance qui fait suite à toute une semaine d’atelier à La cuisine.
    En résonance avec le thème de cette édition, l’artiste proposera un jardin comestible et organique. Les verdures, les rochers et de la terre en matières et recettes différentes, en explorant des produits locaux et biologiques. Le public va être invité à savourer ce nouveau jardin délicieux.

 

 

  • mardi 28 mars ( 18h) Conférence / D’une ville à l’autre [Pierre Roca d’Huyteza] à Ecole nationale supérieure d’architecture de Toulouse 83 rue Aristide Maillol BP 10629, 31106 Toulouse, LOCAL/GLOBAL Conférence #4Saint Félix Lauragais, l’architecture du sol
    D’une ville à l’autreDurant le siècle dernier, l’espace public est resté un impensé des architectes, relégué au rang d’objet technique.
    Depuis quelques décennies, l’aménagement urbain semble redevenir, de temps à autre, un objet d’architecture.
    Mais, au final, qu’est-ce que cela implique ?( les autres conférences  :
    3 avril 2019 : Laurens Loustau
    10 avril 2019 : 360°
    17 avril 2019 : OECO Architectes)