architecte

L’espace public (part1)

Qu’est-ce que l’espace public?

L’espace public ( in Wikipedia) représente dans les sociétés humaines, en particulier urbaines, l’ensemble des espaces de passage et de rassemblement qui sont à l’usage de tous. Ils appartiennent soit à l’État (domaine public), soit à aucune entité juridique et morale de droit ou, exceptionnellement, au domaine privé.

Son évolution historique est généralement le fil conducteur selon lequel est décrite l’histoire urbaine ; l’archéologie (villes proto-historiques), la cartographie comparée des villes, les écrits théoriques ont repéré les principaux modèles dont :

  • la ville grecque, le damier romain.
  • la ville coloniale romaine, française, américaine.
  • les figures et articulations renaissance ou baroques.
  • les réseaux de boulevards dans l’urbanisation haussmannienne.
  • les tracés Beaux-Arts, Art nouveau, Art déco.
  • les évolutions techniques principalement des modes de déplacement qui voient les villes adapter leurs espaces publics au chemin de fer, au tramway ou au métro et à l’automobile.

Cette adaptation entraîne une modélisation, dont les schémas post-haussmanniens (plan de Besmne pour l’extension de Bruxelles, vers 1860 notamment), les théories modernistes (séparation des 4 fonctions urbaines, indétermination de l’espace public).

Dans les cas extrêmes des grandes villes, cette adaptation réduit l’espace public à un espace monofonctionnel et technique.

Depuis les années 1980, les réflexions sur l’espace public urbain contemporain (voir plus loin) incluent un retour du piéton dans les préoccupations urbanistiques, et donc une évolution formelle qui lui donne une dimension (au moins) symbolique prépondérante : piétonniers, « zones trente » dans le Code de la Route belge, recours aux forum ou agora dans les créations d’espaces publics (années 1980).

L’espace public urbain est aussi un champ d’action régalien : organisation générale de la ville, interventions symboliques ou monumentales, planification, équipements urbains (ponts, rues, égouts). Le terme « urbanisme » est étroitement lié à l’expression du droit régalien sur la ville et à l’exercice de la transformation de l’espace public.

Simultanément, il est « champ de libertés » beaucoup plus larges que la liberté de circuler : liberté de manifestation, de parole, d’expression, de commercer. Ce champ se définit constitutionnellement, est restreint par les corps des lois, règlements et pratiques et forme le théâtre de l’opposition au pouvoir, de la plupart des conflits politiques et sociaux (sit-in, occupations de carrefours, dérives de fêtes collectives, volontés de s’identifier, de s’approprier les espaces publics d’une ville ou d’une zone.

L’espace public constitue l’espace de vie collective de ses riverains (habitants, commerçants, artisans) et les formes locales de la vie collective le marquent de manière multiforme : l’aménagement, l’ambiance, la couleur et les décorations de la rue, les marchés, les activités économiques (vendeurs ambulants, étals) ou collectives (terrasses, jeux, processions, carnavals) préservent plus ou moins le statut social et l’anonymat de chacun, avec dans les villes une très grande variétés de situations (des ghettos homogènes aux zones les plus diversifiées).

La définition juridique ou partagée de l’espace public a beaucoup évolué dans l’espace et dans le temps, et continuera d’évoluer, dont probablement au niveau européen1

 

Des définitions et des questions et/ou premières pistes de réflexion.

Des situations et des usages alternatifs et éphémères.

Pistes :

  • L’art pour tous (article ICI).. les tricots urbainsfestival des architectures vives
  • performances urbaines (ICI) : « A travers la performance, nous cherchons à donner à vivre autrement un espace à ceux qui le fréquentent quotidiennement. Nous ne laissons pas de trace matérielle puisque notre principe n°1 est de quitter le lieu dans l’état ou nous l’avons trouvé. En revanche, une trace subsiste dans les esprits. Suite à nos « expériences », certains riverains viennent nous voir pour nous dire qu’ils ne verraient plus jamais un espace sur lequel nous sommes intervenu de la même manière! »cf collectif BIM
  • espaces publics mobiles éphémère avec L’atelier Bivouac ou ETC
  • les services urbains éphémères

 

Définition du Larousse : URBANISME et organisation urbaine

Evénements possibles :

 

quelques images (metz, bordeaux, toulouse, montauban, colomier, montréal, tokyo)

 

 

ceci n’est pas un poisson d’avril

…mais c’est juste énorme : sortie de résidence de la C111 (aurélien body) au théâtre de la cité, journée européenne des artisans d’art et semaine de l’étudiant !!!!! et autres bien sûr !!!

 

  • les journées européennes des métiers des arts – incontournables !!!!!!!!!!!

c’est juste exceptionnel  : des professionnels généreux, créatifs, pointus et ouverts, que vous aurez plaisir à rencontrer et que vous encouragerez également par votre visite et l’intérêt que vous leurs portez ! bref, allez-y !

ICI le lien vers le site ( à toulouse et partout en europe à partir de mercredi )

 

  • le 6 et le 20 avril au FABLAB

Fonctionnement des ATELIERS
– Je vous accueille pour vous présenter le Fablab, la table de bricolage et pour que chacun présente ses compétences.
Vous pouvez être observateur, bricoleur, montrer une maquette que vous souhaitez faire ou lancer un appel pour avoir des conseils?
apportez vos ordinateurs, matériaux et repas pour le midi.
– Des ateliers se feront en parallèle pour créer du lien et partager nos expériences 😀
– Les dates proposées sont samedi 2 mars, 23 mars, 6 avril et 20 avril.
Selon vos idées ou besoins, on peut aussi proposer le 9 mars, 16 mars, 30 mars et 13 avril!
Vers Mai, je transmettrai vos témoignages à la FedeGN pour présenter ou citer vos créations en vue d’une publication!

Thèmes des ATELIERS
– Réparation d’armes de GN et échange de compétences (plastazote, latex, jonc en fibre de verre).
Invitation de joueurs de Trollballs
Invitation de membre de Grabuge, Association de GN de Carcassonne, qui avait utilisé en 2018, une tunique de dragon rouge aux écailles imprimées en 3D.
Invitation de Guilhem qui fabrique des costumes et accessoires de GN/cosplay, dont impression 3D.
– Conception d’ailes à déploiement hydraulique. Vous êtes les bienvenus pour voir et aider 🙂
Invitation de l’artiste Tilia Weevers experte en création de costume unique à base de plumes.
Crafteuses invitées: Lydia et Vaness des Ailes de Nemesis.
Il y a également une demande de conception d’ailes de fées.
– Jeux de Figurines (dans le centre Toulousain, vers avril)
Pour échanger des compétences sur la conceptions de moules en silicones, techniques de peintures et matériaux.
Invitation ou ateliers avec le soutien d’Univers Parallèles et Sabretache (en cours).

  • [LES HABITS FROIDS] – du 10 au 12 à 18h30
    Atelier mené par Compagnie 111 – Aurélien Bory avec les comédien.ne.s de l’AtelierCité et les circassien.ne.s du Lido Toulouse, centre national des arts du cirque de Toulouse.Le théâtre garde toujours quelque part dans une pièce remise les vieux costumes. Il attendent dans le noir. Ils sont suspendus. À moitié morts. En veille. Ils ont été soignés, nettoyés, reprisés, repassés. Ils sont prêts. Même si les empreintes des corps passés sont depuis longtemps refroidies, ils espèrent encore la chaleur. Ils espèrent les corps, ils espèrent leur frottement. Ils espèrent même le tiraillement, les étirements, les accrocs, les accidents, la chute. Les habits tombent, à condition qu’ils soient encore portés. Ils attendent la reprise ou le reclassement. Ils espèrent leur destin. Les voici les mues, les traces des personnages, les peaux mortes, les fantômes. Les voici les acteurs, et voici leurs corps. Comment peuvent-ils entrer sous ces couches de tissus, témoins des pièces oubliées ? Comment réécrire une histoire dans l’enveloppe d’une autre histoire ? Le théâtre renaît de ses pièces mortes. Le théâtre est oublié. Nous pouvons toujours tenter de danser par dessus ses traces. Aurélien Bory
    ENTRÉE(S) LIBRE(S) – Présentations publiques sur réservation au 05 34 45 05 05 ou par mail : a.marty@theatre-cite.com

 

  • conférence le 10 avril à 18h à l’école d’archi : LOCAL/GLOBAL Conférence #6
    « la singularité de l’évidence » 360° architecture [M. Bekkoucha et L. Gaudu]
    L’élaboration du projet d’architecture réside pour nous, dans la traversée d’une expérience, nourrie d’intuitions, d’observations et d’expérimentations qui instruisent de l’intérieur, au fil d’un raisonnement, la dimension de sa finalité construite.
    En d’autres termes, on ne peut réduire l’exploration intense de la question ouverte par le projet, à une préméditation de son résultat, par postulat préthéorique, ou autres préfigurations stylistiques déterminées à priori, sans risquer d’ignorer l’identité singulière qu’il aurait mérité.
    Dans notre travail, l’expérimentation autour d’un faisceau de thèmes ou préoccupations omniprésentes, et placés dans des situations toujours différentes, permet d’introduire une grande variété d’interprétations.
    Des ressemblances, des dissonances, des modulations et des nuances, se font écho à travers les différentes configurations de projet, pour mettre en valeur les traits distinctifs de chaque situation donnée.
    Succession renouvelée des questionnements projectuels, et différenciation des réponses formulées, affirment tout autant la constance des thèmes abordés, que la grande liberté développée dans les architectures produites.

 

  • jeudi 11 avril de 18h à 23h  : La nuit des étudiants – Block party au musée !La nuit des étudiants 2019 est placée sous le signe du hip-hop
    Alors on vous donne rendez-vous au musée des Augustins le 11 Avril pour LA Block Party Toulousaine !Une Block Party ? 🤔
    Apparues dans les quartiers populaires new yorkais durant les années 70, les block party sont des soirées organisées dans les rues par les habitants. Ces soirées ont servies de base à l’éclosion de la culture Hip Hop.

    18h30- Eglise
    Spectacle hip-hop avec les enfants de Negreneys (entrées réservées aux familles)
    19h / 22h -Grand cloître
    DJ set Block Party par Dj Mayday : rétrospective musicale du Hip-Hop, de ses origines à aujourd’hui.
    Création musicale en live avec Space Sample Sessions Toulouse
    22h-Concert du groupe Iddé Airiess (rap acoustique) dans le Grand Cloître
    22h30-Eglise
    Extrait du spectacle « Réminiscence » du Cercle des danseurs disparus.es danseurs disparus. mise en scène par Ifrah Zerarda

    🎊 Et en continu 🎊
    • Petites conversations autour des œuvres du musée
    • Installation artistique par IMER B&P
    • Atelier de sérigraphie animé par les étudiants du BTS design graphique des Arènes
    • Exposition mimesis* – Déplacement (institut supérieur des arts de Toulouse département beaux-arts)
    • Buvette et restauration ( Le Brooklyn )
    • Stand Association Sozinho
    • Customisation de sneakers avec Julien Pagès

    🎊 INFORMATIONS PRATIQUES 🎊
    Soirée en accès libre, gratuite à destination des étudiants.
    Jeudi 11 avril 2019 – 18h30 > 23h
    Musée des Augustins 21, rue de Metz 31000 Toulouse

    Une soirée originale organisée avec de nombreux partenaires : l’Association Sozinho, le Cercle des danseurs disparus., Iddé Airiessriess, le BTS design graphique du lycée des Arènes et les étudiants en art du musée.

  • le vendredi 12 et le samedi 13 à la Cartoucherie, journées d’étude  : Détournements de fabriques : de l’industrie au culturelNous souhaitons poser les questions de transformation d’un lieu à des fins artistiques / culturelles.Questionner et donner à voir la vie de ces friches artistiques/culturelles, lieux intermédiaires, hybrides, nouveaux territoires de l’art et/ou autres tiers-lieux.
    Programme Vendredi :
    18h : Ouverture des portes
    18h30 : Vidéo inédite des archives de l’INA – Ré-habilitation de friches
    18h45 : Intervention flash des anciens Cartouchiers
    19h – 21h : Table ronde animée par Joël Lecussan sur l’expérience de la transformation, l’occupation, la réhabilitation d’anciennes usines ou lieux en friche pour en faire des espaces artistiques/culturels.

    Samedi :
    10h – 12h : Visites guidées de l’exposition The Bullet Factory avec les Anciens Cartouchiers et les artistes de Cisart
    14h Conférence «Chantier Culturel» de Chloé Bodart
    14h30 Atelier «Quel chantier culturel pour la Cartoucherie ?» animé par Palanca et le cabinet d’architecte Construire.
    17h -18h : Restitution performée d’un laboratoire de danse – Lucia Soto – de la Cie REBISH
    18h30 : Projection de «La Mort en Seine» (Réal : Cathy Bruno-Capvert)
    19h30 : Echanges avec la Réalisatrice Cathy Bruno-Capvert

  • le mardi 16 avril à 18H30 : Vernissage expo « Structures et Lumières » au Centre des Cultures de l’Habiter [CCHa]
    5 rue Saint-Pantaléon, Toulouse

Exposition de photographies de DAVID BANKS
Architectures contemporaines et étude sur le sanctuaire de Lourdes.
Exposition proposée par Faire-Ville

David BANKS est un londonien qui, passionné depuis l’enfance par la photographie, en a fait sa profession.
Après avoir travaillé pour le monde de la mode, David Banks choisit de s’atteler à des sujets plus personnels.
Il se penche ainsi sur les différents aspects de la nature humaine mais s’intéresse également les lignes urbaines.

« En marchant dans les rues de Londres quand j’étais enfant, je regardais à travers mon viseur la ville. Londres était devenue claire et nette. En cherchant de l’air frais, j’ai eu tendance à regarder vers le ciel et mon œil découvrit des lignes verticales. Je ne savais pas que la ligne allait devenir ma principale inspiratrice et allait transformer mon regard à tout jamais. »

des idées pour avant et après les vacances…

  • jeudi 21 février (soir)  : Une exposition inattendue, dédiée aux Concepteurs de façades et Prescripteurs le 21 février 2019

Découvrez cette collection au travers d’un événement original laissant toute place à l’expression des sens.Centre des congrès Pierre Baudis, entrée libre de 18h30 à 21h30. Une scénographie originale

Hors Standard

Couleurs, matières, formes, jeux de lumières… plongez au cœur de la collection par la découverte sensorielle des 3 univers proposés.

Une exposition éphémère

Architectes et designers, cet événement est conçu pour vous ! Venez échanger sur le thème des possibilités esthétiques en façade.

Au Centre de Congrès Pierre Baudis (11 Esplanade Compans Caffarelli)

inscription : ICI

 

 

 

  • stage estampe et façonnage : le 4 mars à Bonnefoy, par Anais Barrachina// Stages en demi-journées sur une semaine //
    Du 4 au 8 mars
    7/10 ans ⇒ de 10h à 12h / 25€ / 10 places
    Dès 11 ans ⇒ de 14h à 16h30 / 35€ / 10 places

    « Je crée mon livre de A à Z »
    Travail d’écriture et d’illustration en monotype ou en linogravure, calligraphie en impression ou encore reliure à la japonaise, chaque participant découvrira ces techniques ancestrales tout en développant sa créativité.
    Un temps pour aborder des thèmes comme les super-héro(ïnes), les différences filles/garçons,.. autant d’invitations à laisser libre cours à son imagination et à mettre à mal les préjugés ou idées reçues.
    Organisé dans le cadre de la Semaine égalité Femmes-Hommes .

    Animé par Anais Barrachina, illustratrice et relieuse, membre de l’association Estampadura.
    http://www.anaisbarrachina.com

    Stage en lien avec l’exposition
    Triennale européenne de l’Estampe contemporaine à l’Espace Bonnefoy du 22/02 au 21/03.

    L’inscription se fait directement auprès de l’accueil de l’Espace Bonnefoy 4 rue du Faubourg Bonnefoy 31500 TOULOUSE
    Du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 18h30
    Le samedi de 10h à 12h30

 

  • Stages les 16  et 30 mars à Bellegarde dont un avec SOIA

dessins à dessin ….

bousculer les codes, en jouer, avec fluidité et souplesse graphique et intellectuelle …

avec Delarozière, De Vinci,

dans « skecht-plan-build » d’Alenjando Bahaman avec RCR architectes, Murphy/Jahn, D. Bonilla

nouveau document 2018-11-27 15.26.33

nouveau document 2018-11-27 15.22.16

nouveau document 2018-11-27 15.10.53

nouveau document 2018-11-27 15.07.00

RDV de L’ARCHITECTURE …

PROGRAMME ICI : RVHIV-PROG-3

Dans le cadre de l’UE « Professionnalisation », une sortie est prévue le jeudi 22 novembre de 9H30 env à 14H aux Arches Marengo dans le bâtiment de la médiathèque José Cabanis (M° Jean Jaurès, voir site pour détails de l’adresse) pour assister à la 33e journée de l’architecture, en présence de nombreux professionnels et exposants.

 

Pour en savoir plus : ici

+ pièce jointe pour la liste des exposants (afin de vous renseigner un peu avant, comme des professionnels visitant un salon !)

L’objectif pour vous est d’approcher cette sphère du design et de pouvoir rencontrer des professionnels, découvrir des métiers, des activités méconnues de designer intégrés etc et de repérer les oreintations liées à vos disciplines, le cas échéant.

Une démarche de votre part faisant preuve d’ouverture, de curiosité et d’analyse de la démarche ET de la communication de projet, ainsi qu’une sensibilité à la question réellement opérationnelle (qui fait quoi ? dans le détail) des métiers est requise pour faire de cette sortie un apport personnel réel. Bref, soyez actifs et demandeurs !

Une conférence est prévue à 10H sur question de la mémoire dans les transformations urbaines et architecturales.

Puis vous pourrez visiter tranquillement les stands (archi, professionnels du bâtiment, designers…) et repérer d’éventuelles possibilités de stage susceptibles de vous plaire, car vous verrez d’autres sectreurs connexes à l’architecture. Sur chaque stand, des encas (et boissons) sont proposés et c’est l’occasion de discuter de façon « informelle ».

Prenez de quoi noter et dessiner, comme d’habitude pour exprimez sur papier et pour vous même ce qui vous interpelle, vous plaît (nature des projets,démarche, méthode, communication) à travers l’analyse de quelques exemples précis de projet afin que nous puissions en discuter . Bref, « gardez trace » pour élaborer ultérieurement un petit compte rendu personnel.Vous découvrirez, comme nous, si les photos sont autorisées.

(extrait du texte d’Hélène Templon pour innovation-espace)

 

la fabrique de kawamata donne l’échelle

• Tadashi Kawamata, né en 1953, vit à Paris et Tokyo, France/Japon
« Love Tower« , oeuvre faite de bois et métal (2018).
Haute de quatre mètres, pourvue d’un escalier hélicoïdal et couronnée d’une plate-forme, la Love Tower permet d’admirer les plages de la Chambre d’Amour, ainsi que le cap Saint-Martin d’Anglet. Elle s’élève à l’aplomb de cette grotte qu’on suppose avoir abrité les amours légendaires des jeunes Saubade et Laorens, emportés par les flots.

en octobre : parler avec les stars ….

Toulouse serait-elle devenue le nouveau Paris (certains la comparent même à N.Y. ou L.A. !) ? Et je n’ai même pas cité Negrepelisse.

En vrac, à Toulouse  (le 12-13 et 14): Rem Koolhaas, Jean-Philippe Vassal, Michel Desvignes, Christian Inderbitzin,Joan BUSQUETS, Djamel KLOUCHE, Kristiaan BORRET,  Dominique JAKOB (Jakob + Mac Farlane) Steven WARE, Jean-Paul VIGUIER, Nicolas GILSOUL, Alessandro GESS, Gricha Bourbouze,

Et à Nègrepelisse ( le 19-20 et 21): Philippe Madec, entre autres …

Toulouse 2030 : Donner à voir la ville de demain, son urbanisme,son architecture et son visage futur (et pas moins ;-)))), place du Capitole ; En résumé, « Sans rien céder sur la qualité intellectuelle et conceptuelle du contenu, des intervenants, des expositions… TOULOUSE2030 s’applique à être tout à la fois savant et populaire pour être à la portée de tous. Le choix du lieu, la gratuité, l’accueil du public, la communication, les outils de médiation, … sont des éléments fondamentaux qui lui permettront de donner à voir au plus grand nombre, un programme de haute qualité. » dixit le site

Surtout, des « stars » qui ont fit, font et feront la ville d’hier, d’aujourd’hui et de demain – enfin, je l’espère pour toulouse qui ronronne pour le moment.

Je mets ici le programme (c’est trop alléchant) :

vendredi 12 octobre, 14h30 : conférence d’ouverture

rencontre avec l’invité d’honneur de toulouse2030 : rem koolhaas, architecte – agence oma

16h00 : rencontre avec jean-philippe vassal, architecte agence lacaton & vassal

17h00 : atelier la tribune, la métropole economique

17h30 : presentation du workshop

en partenariat avec l’ecole nationale supérieure d’architecture de toulouse.

samedi 13 octobre

10h30 : rencontre, michel desvignes, paysagiste

11h : rencontre, christian inderbitzin, architecte agence ag eth sia bsa

11h : balade architecturale, avec la maison de l’architecture occitanie-pyrénées

14h00 : conférence

urbanisme : quelles perspectives pour toulouse ? los angeles ou new york ? etalement ou densité verticale ?

Joan BUSQUETS, Architecte-Urbaniste – Agence Bau Barcelona, Djamel KLOUCHE, Architecte – Agence AUC15h30 : atelier, desirs de ville avec la maison de l’architecture occitanie-pyrénées

16h30 : atelier, la métropole renouvelée

Comment émergent de nouveaux quartiers dans une agglomération qui grandit et se renouvelle ? Comment bâtir de nouveaux quartiers tout en préservant le patrimoine ? Qui construit la ville de demain ? Kristiaan BORRET, Baumeister de Bruxelles Dominique JAKOB, Architecte Agence Jakob + Mac Farlane Steven WARE, Architecte – Art and Build Architect Laurent HUGNONENC, Directeur du Développement régional d’ALTAREA-COGEDIM Philippe de VILLELE, Directeur Général Adjoint de l’Immobilier Résidentiel et des Régions

dimanche 14 octobre

10h30 : rencontre, alain bourdin, sociologue et urbanistE11h00 : atelier, la métropole citoyenne

11h00 : Balade architecturale, avec la maison de l’architecture occitanie-pyrénées

14h30 : atelier, la métropole durable

16h00 : conférence de clôture, en 2030, à quoi ressemblera la métropole toulousaine ?

Jean-Luc MOUDENC, Maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole Alain SERIEYS, Maire d’Escalquens et Président de la SPL Aménagement du Sicoval Jean-Paul VIGUIER, Architecte-Urbaniste, Agence Jean-Paul Viguier Architecture Nicolas GILSOUL, Architecte, Lydie MARTY, Le Club des Filles de l’Immo,

 

Les journées de l’architecture à Nègrepellisse :



livret-web

sorties : le retour !

  • Conférence Jacques Lacombe ( archi contemporain) : mercredi 7 /02 à 18h, école d’architecture

 

 

 

 

 

 

 

 

  • expo Israël Ariño à l‘Institut Cervantes « Le partage des eaux »

    Quai de la Daurade, Toulouse, série « Le partage des eaux », ©Israel Ariño/Résidence 1+2, 2017

Dans le cadre de la Résidence 1+2, programme photographique ancré à Toulouse et à vocation européenne, trois photographes ont confronté leurs regards d’auteurs en 2017. Nous présentons ici le fruit du travail de résidence de Israel Ariño. Il a réalisé des plaques uniques, au collodion humide, entre Atlantique et Méditerranée. 

Originaire de Barcelone, membre de l’agence VU’ et représenté par la galerie du même nom, Israel Ariño utilise la chambre photographique et la technique du collodion humide. Enseignant à la photographie à la faculté de Beaux-Arts de Barcelone et à l’école Grisart, il est aussi éditeur depuis 2013 (Ediciones Anómalas). Il réalise de nombreuses résidences d’artistes en France en lien avec des institutions et centres d’art

  • expo « peuple et art indigène »(vernissage Lundi 5 à 18h) : consulat du Mexique, 34 rue d’aubusson

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Phase II— Imagining Architecturedu 9 février au 10 mars 2018 – Vernissage jeudi 8 février à 18h30, en présence des artistes, ISDA (Institut supérieur des arts de Toulouse, isdaT beaux-arts 5 quai de la daurade)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • c’est bientôt fini : LE CHANT DU CRABE (EL CANT DEL CRANC) – médiathèque Cabanis

    Dialogues entre le peintre Roger Cosme Estève et l’écrivain Didier Goupil.

    Mise en scène par Enrico Clarelli, cette exposition présente, à travers un choix de peintures, de dessins et d’écritures, le travail récent de Roger Cosme Estève et témoigne du dialogue constant et intime entretenu entre le peintre qui écrit et le poète – Didier Goupil – qui aimerait bien parfois que les « mots tâchent un peu les doigts ».
    Né à Néfiach, dans les Pyrénées-Orientales, Roger Cosme Estève est un artiste profondément catalan, ce qui ne l’a jamais empêché « d’aller voir ailleurs ce qui se passait » et après Montréal, Oualidia ou Alma-Ata, au Kazakhstan, c’est aujourd’hui entre Tarn et Roussillon que ce peintre voyageur exerce son art aussi raffiné que profond. Ni figuratif, ni abstrait, tout en étant et l’un et l’autre, Cosme Estève est – ultime paradoxe – un peintre qui écrit beaucoup, ce qui explique sans doute sa rencontre au début des années 2000 avec l’écrivain Didier Goupil, qui a publié en 2015 sa biographie, Journal d’un caméléon, une biographie à l’image du personnage, mouvementée et kaléidoscopique.

  • Les sculptures cinétiques de Pablo Bruera https://www.ap-aar.com

    Les sculptures cinétiques de Pablo BrueraPablo Bruera est originaire d’Uruguay (né à Montevideo en 1972), il vit aujourd’hui à Barcelone.

    Sculpteur, il réalise de l’art mobile, c’est à dire des sculptures qui bougent et qu’il est vivement conseillé de toucher ! Ses oeuvres requièrent la participation active du spectateur avec sa curiosité, sa sensitivité et son envie de jouer, de découvrir.

    La volonté d’essentialité de cet artiste, d’aller à la racine, est impressionnante. Dans son “labeur de pureté” deux lignes directrices émergent :
    – mettre en volume sa certitude que “la création est transformation”;
    Les sculptures cinétiques de Pablo Bruera– proposer l’art à portée de main.
    Installé en Espagne depuis 2001, il a exposé dans les musées, fondations, salons artistiques et galeries de différentes villes : Barcelone, Madrid, mais aussi Londres, Montevideo, Sao Paolo, Vienne. L’une de ses oeuvres a été acquise par le Musée d’art contemporain de Montevideo en Uruguay et une de ses sculptures monumentale a été acquise par la Fondation Villa Casas à Palafrugell (Costa Brava, Espagne).