névrose

résistance 2 : on verra demain !

Remettre tout au lendemain n’est pas une tare, ce serait même un acte de résistance, nous souffle l’épatant “On verra demain : excursion en procrasti-Nation” à suivre sur le site d’Arte quand vous aurez le temps…

( article plus détaillé sur Télérama ICI)
et le lien vers la série ICI

pourquoi nous en sommes addicts ????

Tu es accro à tes applis ? Tous les matins après Twitter, tu checkes tes flammes sur Tinder. Pas de métro sans YouTube ou Candy Crush. Instagram est irrésistible, Facebook addictif, t’es accro à Snapchat… et tu pètes les plombs quand t’as plus de batterie pour Uber. T’inquiète pas c’est normal. Toutes ces applis sont conçues pour te rendre complètement addict en activant dans ton cerveau la molécule responsable du plaisir, de la motivation et de l’addiction… la dopamine !

DOPAMINE vue par ARTE … et encore des vidéos regardées en toute bonne conscience …

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-017841/dopamine/

 

pré-rentrée en mode « to be or not to be »

avec The SMITHS (en 1984) et

« Heaven Knows I’m Miserable Now »

I was happy in the haze of a drunken hour
But heaven knows I’m miserable now
I was looking for a job, and then I found a job
And heaven knows I’m miserable now
In my life
Why do I give valuable time
To people who don’t care if I live or die?
Two lovers entwined pass me by
And heaven knows I’m miserable now
I was looking for a job, and then I found a job
And heaven knows I’m miserable now
In my life
Oh, why do I give valuable time
To people who don’t care if I live or die?
What she asked of me at the end of the day
Caligula would have blushed
« Oh, you’ve been in the house too long » she said
And I naturally fled
In my life
Why do I smile
At people who I’d much rather kick in the eye?
I was happy in the haze of a drunken hour
But heaven knows I’m miserable now
« Oh, you’ve been in the house too long » she said
And I naturally fled
In my life
Oh, why do I give valuable time
To people who don’t care if I live or die?
Source : LyricFind
Paroliers : Steven Morrissey / Johnny Marr
Paroles de Heaven Knows I’m Miserable Now © Warner Chappell Music, Inc, Universal Music Publishing Group

« prendre ma place au sein de l’espèce humaine »

 

The Smiths – Bigmouth stikes again (sortie en 1986, sur leur troisième album The Queen Is Dead)

Paroles
Sweetness, sweetness I was only joking
When I said I’d like to smash every tooth
In your head
Oh sweetness, sweetness, I was only joking
When I said by rights you should be
Bludgeoned in your bed
And now I know how Joan of Arc felt
Now I know how Joan of Arc felt
As the flames rose to her roman nose
And her Walkman started to melt
Oh
Bigmouth, la bigmouth, la
Bigmouth strikes again
And I’ve got no right to take my place
With the Human race
Oh, bigmouth, la bigmouth, la
Bigmouth strikes again
And I’ve got no right to take my place
With the Human race
And now I know how Joan of Arc felt
Now I know how Joan of Arc felt
As the flames rose to her roman nose
And her hearing aid started to melt
Bigmouth, la bigmouth, la
Bigmouth strikes again
And I’ve got no right to take my place
With the Human race
Oh
Bigmouth, oh bigmouth, la
Bigmouth strikes again
And I’ve got no right to take my place
With the Human race
Oh
Bigmouth, oh bigmouth, la
Bigmouth strikes again
And I’ve got no right to take my place
With the Human race
Oh
Bigmouth, oh bigmouth, la
Bigmouth strikes again
And I’ve got no right to take my place
With the Human race
Oh
Source : LyricFind
Paroliers : Steven Morrissey / Johnny Marr

Paroles de Bigmouth Strikes Again © Warner Chappell Music, Inc, Universal Music Publishing Group

travail de l’anglais en version slow tantrique

avec radiohead et son Karma Police (Police Du Karma) -clip de thom yorke, 1997,

……..à prendre avec les degrés distanciés nécessaires  (ps, je ne suis pas « encore » hindous ou bouddhiste) !

Karma Police, arrest this man
Police du Karma, arrêtez cet homme
He talks in maths
Il parle en maths
He buzzes like a fridge,
Il bourdonne comme un frigo
He’s like a detuned radio
Il est comme une radio mal réglée
Karma Police, arrest this girl,
Police du Karma, arrêtez cette fille,
Her Hitler hairdo is making me feel ill
Sa coiffure à la Hitler me rend malade
And we have crashed her party
Et nous avons saccagé sa fête

[Chorus]
[Refrain]
This is what you get, this is what you get
Voila ce que tu obtiens, c’est ce que tu obtiens
This is what you get, when you mess with us
Voila ce que tu obtiens, quand tu cherches les embrouilles avec nous

Karma Police, I’ve given all I can
Police du Karma, j’ai donné tout ce que je pouvais
It’s not enough
Ca ne suffit pas
I’ve given all I can but we’re still on the payroll
J’ai donné tout ce que je pouvais mais nous sommes toujours à sa solde

[Chorus]
[Refrain]

And for a minute there, I lost myself, I lost myself
Et pendant une minute ici, je me suis égaré,
Phew for a minute there, I lost myself, I lost myself
Pendant une minute ici, je me suis égaré,
For a minute there, I lost myself, I lost myself
Pendant une minute ici, je me suis égaré

tous à poil (surtout si il y a du soleil)

parce que les images sont super choquantes (d’après M. C.), au lieu de fantasmer et ricaner, je vous laisse juger par vous même ….. (cela risque d’en décevoir certain ; promis, le prochain billet sera +sexy !)

Deux pages du livre Tous à poil de Marc Daniau et Claire Franek, éd. Le Rouergue, éditeur bien (re)connu pour leur implication dans la diffusion pornographique.

oUdkBCv

quand isabella nous en parle ….

Pour fêter les amoureux, la délicieuse Isabella Rossellini, répond enfin à tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander. Des mâles dévorés après copulation, le sperme d’un fécondateur éliminé par le suivant dans le vagin même de la femelle, des orgies folles, des luttes féroces, des danses, des séductions, des fantaisies, des acrobaties inexplicables, des énigmes mortelles, des perversions, des progénitures dévorées… Isabella Rossellini anime, avec un plaisir non dissimulé, cette conférence sur la rencontre des sexes, interrompue de-ci de-là par des courts métrages où elle interprète elle-même mouche, crevette et autres bestioles à six pattes. Un petit bijou ciselé avec la complicité de Muriel Mayette, administrateur général de la Comédie-Française.

J’ai toujours aimé les animaux, toujours été fascinée par la diversité de la nature. Ma famille en sait quelque chose. Dans ma plus tendre enfance, je ramenais à la maison des chiens et chats errants, mais aussi des vers de terre, grenouilles, insectes… Et lorsque j’ai commencé à écrire et réaliser des films, l’étude de la nature est devenue mon inspiration principale. 
Isabella Rossellini

hélas, pour les retardataires, c’est complet (rattrappez-vous en allant voir scorpène au sorano, nous y allons le le 29 mars)